Quelle école pour la 3D / Jeux vidéos ?

Dans la série d'emails que je reçois, la question "Dans quelle école je dois m'inscrire pour faire infographiste/modeleur/animateur (etc) dans le VFX/Jeux Vidéos ?" revient très régulièrement.

C'est une bonne question en fait car il y a pas mal d'écoles et il y a vraiment de tout, et à tous les prix dans toutes les villes de France. Je ne vous cache pas que j'ai pas mal d'échos de bon nombres d'écoles, mais au final, je me méfie toujours de certains retours tant que je ne l'ai pas vu moi même (eh oui, je suis comme Saint Thomas, je crois que ce que je vois...).

Au final, je préfère vous donner plutôt quelques conseils pour vous guider dans vos recherche de l'école de vos rêves, mais aussi quelques conseils annexes, les 10 commandements de l'élève qui veut s'en sortir !

Mais avant de commencer, posez vous la question de savoir si c'est vraiment ce que vous voulez faire. Le monde de la 3D est sur-saturé et seuls les meilleurs s'en sortent. Il faut une motivation en béton armé et une volonté de fer. Pour vous donner un ordre d'idée, recensez toutes les écoles en France et dites-vous bien qu'il y a entre 5 et 15 élèves qui en sortent chaque années. Multipliez. Pensez-vous qu'il y a autant de postes dans le jeux vidéo ou les VFX ? Ca me rappel un élève qui espérait en sortant de l'école être directeur artistique ou technique (c'est déjà deux postes totalement différents...), bosser 35h, en CDI et être super bien payé... Donc, direction pôle emploi.

Bref, la 3D, c'est "cool", mais il faut se sortir les doigts du cul. Le ton est donné je pense... Allez, lisez la suite !

Avant de vous plonger dans l'article, j'invite tous les pros, les profs ou personnes sorties d'écoles à donner leur avis, retours, trucs histoire de compléter cet article.

Comment choisir son école

Allez, les conseils qui vont surement évoluer avec le temps et les retours des lecteurs !

Réputation

Attention à cette "réputation". Certains noms prestigieux attirent, toutefois, certaines écoles sont plus intéressées par leur prestige que par l'avancement de -tous- les élèves. Toutefois, un nom connu pourra aider quelque fois pour le réseau ou simplement parce que cela peut amener des profs plus qualifiés et passionnés/passionnant.

Des petites écoles montantes peuvent faire aussi bien que des mastodontes installés depuis des dizaines d'années. Donc recherchez les retours sur les forums, surtout si l'école en possède un. Ouvrez un message sur les forums de 3D généralistes pour avoir des retours sur l'école, la pédagogie, etc...

Journées portes ouvertes

Si vous êtes presque sûr de l'école que vous comptez rejoindre, essayez de vous rendre aux journées porte ouverte, toutes les propose, sans compter les salons de l'étudiant présent dans toutes les villes de France. Profitez-en pour regarder les films des élèves, mais surtout discuter avec ces mêmes élèves, demandez-leur ce qui ne va pas dans l'école et la formation... mais aussi ce qui est bien ! Surtout essayez de parler avec les formateurs/profs, en particulier ceux qui enseignent les matières dont vous souhaitez vous spécialiser. Poser des questions, des colles, comment il voient les choses et surtout, leur évolution. Bref, il faut bien les sentir, vous allez passer du temps avec eux !

Localisation géographique

Si vous avez les moyens, ne vous limitez pas à votre ville... ou votre pays. Si vous souhaitez vous donner les moyens (et que vous les avez...) et que l'école est dans une autre ville, bougez. Déjà parce que votre futur boulot vous fera bouger et que c'est une occasion de quitter le cocon familial. Par ricochet, c'est aussi une occasion de s'isoler pour mieux bosser et évoluer personnellement.

Je mentionnais ci-dessus le fait de changer de pays. Il existe des écoles qui acceptent les élèves d'autres pays et ce n'est pas forcément (tellement) plus cher. Je suis déjà intervenu dans une école au Danemark qui faisait appel principalement à des intervenants étrangers de grands studios (Dreamworks, Pixar, etc) et qui plus est, gratuite pour les élèves européens. Et après, je peux vous garantir que là bas, on a qu'une envie, c'est bosser au vu des sorties quasis impossibles et de la météo à vous congeler les os...

Bref, osez bouger si vous le pouvez !

Publique ou privé ?

Il y a de très bonnes écoles privées et des très bonnes qui sont publiques. L'avantage des écoles publiques est qu'elle sont financièrement très abordables alors que les privées sont forcément plus cher. Le gros désavantage des écoles publiques est qu'il est souvent difficile d'y rentrer (concours, places, dossier) au vu du faible nombre de place par rapport à la demande. Rien de surprenant ici 😉

Par contre, les écoles privées coutent un bras et un rein (au moins) dans leur ensemble, donc attention de voir à quoi vous vous engagez et pour combien de temps. N'oubliez pas que c'est un lourd investissement et qu'il faudra bien un retour sur celui-ci un jour.

Les Profs

Le sujet des profs, assez sensible car on peut vite froisser des gens...

Attention... certaines écoles ont des profs quasi à temps plein, loin de la prod ou surtout, qui font toujours les mêmes choses et n'acceptent pas d'évoluer... ou alors, qui n'acceptent pas de concevoir qu'il y a d'autres alternatives ou solutions à certains problèmes. (c'est étrange, j'ai plein d'exemples en tête, surtout liés à ZBrush ;))

Ayez un regard attentif sur les intervenants extérieurs en provenance de studios. Ils souvent une connaissance très précise sur ce qui est la réalité de la production ce qui est un gros plus, mais certains d'entre eux peuvent être des orateurs/démonstrateurs fantastiques pendant que d'autres pourront être de piètre formateurs. N'hésitez pas à Googliser sur les noms des formateurs pour trouver leur book/site perso en ligne pour voir ce qu'ils savent faire. YouTube peut aussi vous guider vers d'hypothétiques tutoriaux.

D'un certain point de vu, mieux vaut un formateur moins calé techniquement mais qui vous apprendra réellement les fondations et qui sera surtout un bon pédagogue, qu'un tueur que vous n'arriverez pas à suivre.

Une anecdote, du vécu :

Quand je formais sur Paris il y a 10 ans, je formais sur 3DSMax sur la partie modélisation avancée et animation avancée tandis qu'un autre professeur formait sur la partie de prise en main du modeling et l'animation. J'exagère à peine, mais ses cours se basaient sur 3DStudio 4 (DOS) alors que nous travaillons sur 3DSMax 4... Allez expliquer aux élèves que vous avez ensuite qu'ils faut oublier la majeure partie de ce qu'ils ont vu...

Le nombre d'années

Certaines formations vont jusqu'à 5 ans avec éventuellement une année de prépa avant. Entre 5 et 9000 euros l'année, la formation va coûter cher. Je ne vous cache pas qu'on apprend beaucoup de choses en seulement deux ans, surtout si l'on bosse dans son coin (cf mes commandements plus bas).

Je pense (et c'est personnel), qu'il vaut mieux une formation courte et assez ciblée que faire une formation où vous allez faire de tout et n'importe quoi en parallèle de la 3D (du web, de la programmation, du tricot, etc...). Il n'y a pas de mystère, on fait de la 3D (et ce qui est associé), mais par exemple, faire 6 mois de développement web est inutile. Attention, passer quelques jours en classe pour apprendre à faire son portfolio en ligne, c'est très utile. Maîtriser le php/css/js en 6 mois, c'est une formation à part...

L'autre avantage de faire des formations courtes est qu'il est possible d'en enchainer 2, de tâter rapidement le monde du travail, voir si on est prêt ou pas.

Matériel et logiciels

Renseignez-vous auprès des élèves sur la qualité du matériel utilisé, si les PCs n'ont pas 20 ans d'âges, tournant sous Window Millenium avec seulement 256 Mo de RAM. J'exagère à peine. Demandez aussi si les logiciels sont globalement à jour: pas besoin de faire la formation sur 3DSMax 2019, une version un peu ancienne est suffisante, mais pas une version de 20 ans d'âge.

Attention aussi à la légalité des logiciels. Certaines écoles ne sont pas à jour concernant leurs licences. Il ne s'agit pas de partir en guerre contre le piratage dans cet article, mais seriez-vous content de payer 5-9000 euros l'année pour une école qui ne paye pas ses logiciels ?

Il en va de même sur les écoles demandant aux élèves de fournir leur propre portable pour suivre la formation. Il y a du pour et du contre, mais assurez-vous que l'école vous fournit les licences et que le coût annuel prend en compte cette dépense que vous avez à votre charge. Un portable pour la 3D ne coûte pas 500 euros... et en plus, il sera limité par rapport à un PC de bureau à prix equivalent.

L'auto formation/Ecoles en ligne

Il existe des écoles proposant des formations 100% en ligne. C'est une alternative intéressante et vous restez-chez vous. Toutefois, il faut être bien motivé car vous n'avez personne derrière vous pour vous booster comme dans une classe où existe souvent une émulsion avec l'ensemble des élèves qui est assez importante à mes yeux.

Il en va de même pour faire se formation en autodidacte. De nombreux sites proposent des tutoriaux payant (en anglais toutefois...) avec du contenu très riche et qui vous offriront de sacrées bases. Ici aussi, il faut être motivé, bien s'organiser et se défoncer. Ce n'est pas toujours évident, vous n'avez que vous pour vous en sortir (et les forums) et au final, cela va vous apprendre à vous démerder. Et croyez moi, savoir se démerder en 3D, c'est bien (je suis autodidacte personnellement).


Les 10 Commandements de l'élève qui veut s'en sortir

I. Toujours en cause tu remettras tes connaissances et compétences.
On peut toujours apprendre plus, pour aller plus loin et travailler plus efficacement.

II. De l'école tu n'attendras pas qu'elle t'apprenne tout.
Même si elle a de très bon profs, ils t'apprendront surement une ou deux façon de faire, pas toutes. Donc profiter du temps libre pour compléter les cours est essentiels et éviter les soirées beuveries ;).

III. Ta vie sociale, ton/ta copain/ine, tes ami(s)s tu oublieras.
La compétition est rude, pas beaucoup de postes (et on est en crise...) donc il faut vraiment s'arracher et bosser comme un fou (ou comme un con, au choix). Bien sur, il faut faire un break de temps en temps, mais point de fiesta tous les soirs...

IV. Le papier, le crayon, la glaise et la plastiline tu aimeras.
Les fondamentaux sont la base et les outils ne coutent vraiment pas cher. Je suis le premier à conseiller à mes élèves de s'inscrire dans des ateliers de sculpture sur glaise quand l'école n'en propose pas (une honte...). Pas de symétrie, pas d'annulation... et c'est de la vraie 3D ! Et le dessin, lui, ne gère pas la perspective pour vous !

V. Les fondamentaux de la 3D tu apprendras.
Beaucoup de choses sont devenues simple en 3D, comme la modélisation ou l'éclairage en rendu (De la GI, de la retopo automatique, etc...). Apprendre à faire l'ancienne méthode d'éclairage ou de modélisation permet de bien mieux maîtriser ces bases de la 3D et ne pas aller à la solution de facilité. En cas de galère, vous serez content de les maîtriser... qui a déjà été contraint de modéliser avec un lissage de Bézier ?

VI. Connaissance la chaine de prod tu auras.
Même si vous voulez faire uniquement modeleur, avoir une vision d'ensemble de toute la chaine est très important, tout autant que de se spécialiser dans un ou deux domaines. On ne peut pas tout maîtriser, mais tout connaitre permet d'avoir un taf plus dans l'attente des autres personnes de la team. Donc ce que vous n'apprendrez pas à l'école, apprenez le vous-même. Enfin, renseignez vous un minimum et ne faites pas les autistes dans les cours qui vous intéressent moins ("Je veux faire modeleur, je m'en cogne de l'animation..." >> Et comment on optimise son maillage pour les déformations hein ? ;).

VII. L'anglais tu maîtriseras.
C'est obligatoire, à travailler à fond. Bon nombre de studios travaillent avec d'autres studios/sociétés aux quatre coins du monde... Donc parler en anglais est une obligation (j'insiste...). Je vous épargne aussi la grande base de tutos disponibles en ligne uniquement en anglais... (Youtube, comme Google sont vos amis !)

VIII. Aux concours tu t'inscriras.
Il y a souvent des concours sur de nombreux sites (CGSociety, Polycount, etc...). Inscrivez-vous et allez jusqu'au bout : c'est se mettre des contraintes comme en production (surtout les concours temps réel), cela vous oblige à allez au bout d'un projet, partager avec la communauté et se faire aider. En plus, cela peut vous faire une bonne promo...

IX. Ton auto-promo tu feras.
C'est un peu la continuité du commandement ci-dessus. Soyez visible sur les forums, postez vos WIP (mais de préférence que du bon, mieux vaut moins et bien que trop et mauvais), étendez-votre réseau sur les médias sociaux. Attention à ne pas raconter vos histoires de couple au milieu de tout ça si un employeur potentiel fouille un peu sur vous...

X. Ton portfolio le meilleur CV il sera.
L'école est importante, mais ce que vous savez faire est vraiment le plus important. Toutes les sociétés/studios ne jurent pas en premier par une école, mais souvent en fonction des compétences et de l'expérience.

Allez, maintenant, je vous souhaite une bonne recherche.

Note : je n'ai cité aucune école volontairement. Cet article n'est que mon avis personnel (et non celui de mon employeur) et résulte de mon expérience, des retours nombreux que j'ai eu au long de ma carrière et des discussions avec de nombreux profs/formateurs/élèves et personnel d'école.

6 Commentaires
  1. Pierre 4 années Il y a

    Tous ce que tu as dit est vrai surtout au niveau des profs qui ne veulent pas évoluer, de même que les profs qui sont à mi temps, le problème avec eux c’est qu’ils sont moins pédagogue mais que je préfère, ils savent répondre à toutes tes questions notamment sur Zbrush x) et aux trucs next gen.
    J’appuie aussi le fait qu’on se doit de s’auto former pour ma part c’est 25% à l’école et 75% chez moi, polyscupt m’a été très utile, j’ai pu faire la différence avec mes camarades de classe et de même aux derniers années qui connaissaient un peu moins zbrush. J’avoue être moins à l’aise sur la modé « classique »
    Il y a aussi le côté social qu’il faut savoir avant de se lancer je pense, dans mon école(LISAA), on commence les projets de groupe très tôt (apparemment très apprécié des professionnels qui viennent bcp pour la section game, mais moins en 2D et 3D) du coup cela crée beaucoup de problème, j’ai eu des camarades qui étaient assez passif, non pas parce qu’ils voulaient rien foutre mais juste parce qu’ils ne savaient pas quoi faire et finissent par attendre que cela se passe ou pas du tout curieux. Bon après il y a toujours des glandeurs et des gens qui lâchent en milieu d’année pour x raison. Mais je trouve ca finalement bien car ca sera pareil dans le monde professionnel.
    Aussi surtout soyez prêt à faire des nuits blanches ou la semaine à moins de 10h de sommeil x).

  2. LeeCurt 4 années Il y a

    Article très intéressant. Je sors moi même de l’ENJMIN à Angoulême, et quelques soient les qualités et défauts d’une formation, 80% du travail à faire dépend uniquement de l’élève, de sa volonté, et de sa capacité à s’arracher plus que les autres, dans un domaine ultra concurrentiel.
    J’insisterai juste sur un point, qui est très important mais trop souvent négligé à mon sens: les relations sociales et le fait de savoir se vendre. A niveau égal pour un poste, ça se joue souvent au « feeling » que l’on peut avoir avec une personne, et j’ai vu beaucoup d’amis très doués rater des opportunités parce que trop introvertis, pas à l’aise à l’oral, timide etc. (quand bien même ils ont des portfolio de tueurs).
    Un recruteur pourra avoir 20 personne avec un portfolio aussi bon que le votre, mais pas autant qui lui sembleront sympathique, énergique, positive etc. Il faut faire la différence sur ces points.

    enfin un petit PDF à lire http://k0k0k0.files.wordpress.com/2013/05/100-things-every-game-student-should-know.pdf

  3. Maxime Forveille 4 années Il y a

    C’est un sujet très intéressant qui est traité ici. Tout aspirant infographiste 3D ce pause ce type de question et je trouve que l’article y à très bien répondu.
    Personnellement j’ai eu l’occasion de suivre 2 types de formations, une première en ligne et l’autre en école.
    Pour la formation en ligne, la grosse difficulté c’est l’intensité des cours. Étant donné qu’on a pas le temps de vraiment pratiquer durant le cours (enfin on a pas le temps de vraiment se tromper en tout cas), aux risque de prendre du retard et d’être perdu, on à tendance à oublier, filtrer certaines informations. Il faut donc être beaucoup plus concentré et savoir prendre des notes à toute vitesse 🙂
    Mais heureusement le forum de l’école est souvent remplis d’âmes charitables pouvant nous aider à rattraper notre retard.

    Pour les cours en école, c’est plus simple, on à plus de temps pour pratiquer, les profs sont plus disponible aussi…après ça change rien au problème, si on est pas assidu, on se retrouve vite dépassé.
    Comme indiqué dans l’article et les autres commentaires, je pense également que le gros du travail c’est le travail personnel, l’école est un appui simplement, elle permet de se faire des contacts et de rassurer la famille (oui oui maman, il y a un diplôme à la fin…).

    J’aurais juste un gros conseil pour choisir une école, ne vous fiez surtout pas aux portfolio d’une école, ils sont souvent trompeur, ils ne précisent pas ce qui est fait exactement sur une image (genre le rendu c’est un élève mais le mesh c’est un mesh du prof…) et comme sur un portfolio classique, il ne montre que le meilleur, en aucun cas il faut croire qu’à la fin des études vous serez capable de là même chose pcq vous faite la même école…
    Fiez vous peut-être plus sur l’avis des anciens élèves et vérifiez ce qu’on en dit sur les forums neutres, ceux qui ne sont pas affiliés.

    Voila c’est juste mon ressentis personnel, si ça peut aider 🙂

  4. Anthony LAURENT 4 années Il y a

    Salut tout le monde,

    bon je n’ai pas encore tout lut mais je vais partager mon expérience si ça peux en aider certain…
    d’avance désolé pour mon orthographe je me suis fâchè avec mon « Becherelle » il y a longtemps

    – bon en premier le choix de l’école est important mais surtout en se renseignant bien sur les profs qui donneront cours, en effet nombre dans eux ne travail plus réellement dans le monde de l’image et donc prennent du retard un peu plus chaque année sur ce qu’il se fait ou ne se fait pas.

    -en second pour ceux qui savent se sortie les doigts du cul, avec une bonne formation en anglais) une formation grâce au DVD trouvable sur le net est moins couteux (un grand nombre de prof utilise ces tuto pour leur « cours », pour ma part j’ai plus appris avec ces dvd qu’avec mes prof… (et surtout pas quand je donnais cours au prof avec d’autre élève car il essayé de traité de sujet qu’il ne maitrisé pas)

    -il ne faut pas partir dans les métiers de l’image en écoutant les prévisions de salaires des écoles car elles ne sont jamais bonne ( oui vous toucherais 2500€ par mois en salaire et au minimum 😉 ) car la réalité du marché: à la sorti des écoles vous êtes tous remplaçable… ne pas espéré négocié.

    -après concernant la les emplois disponible je ne peux pas être objectif vue que je n’ai jamais été sans emploi depuis que je suis sorti des cours mais encore ici je me suis donné a fond pour ne pas le devenir.

    bon désolé pour vos yeux

  5. thoaupe 4 années Il y a

    Très bons conseils, et transposable à beaucoup de corps de métiers.

  6. Manuel 2 années Il y a

    Très bon résumé !

    Je suis entièrement d’accord avec ton article. Les chances de travailler dans la CG/Game dépendent de plusieurs facteurs et c’est surtout une histoire de motivation. C’est un domaine artistique, donc il y a forcément concurrence et compétition sur le marché.

    Lorsque qu’on sort du Bac, on est souvent attiré par le prestige d’une école et son réseau de contact. Chercher à se mettre toutes les chances de son coté. Mais il faut savoir à quoi s’attendre.
    Pour ma part, j’ai fait deux écoles sur Montpellier dans le privé. Une en Cinéma d’Animation 3D (assez prestigieuse aujourd’hui) pendant un an, que je n’ai malheureusement pas réussie et une moins connu en Game avec le cycle de 3 ans. Et aujourd’hui je suis junior dans l’industrie du jeu en tant que graphiste 3D et en tant que passionné ne suis pas prêt à me reconvertir ailleurs.

    Sans parler de réputation, prestige etc, la qualité d’une école provient selon moi avant tout des profs/intervenants qui y enseignent. Il faut avoir aussi des professeurs à temps pleins, certes parfois des « dinosaures » plus oldschool dans leur méthode de prod’ mais qui ont des fondations solides pour initier les premiers niveaux de classe et à la fois soutenir les élèves des classes supérieures. Avec de la chance vous pouvez tomber sur des profs temps-plein toujours à l’écoute et passionnés tout comme des gros c*ns qui refusent de se remettrent en question et se tenir à jour sur les méthodes de prod (surtout que la 3D évoluent tellement vite). Pour ce qui est des intervenants, ils peuvent être moins pédagogue mais vous apprenez vraiment de très bonne choses (Techniques, Logiciels, Expérience, Process, Workflow).
    Il faut se renseigner sur ça via des forums sur le net et en allant directement aux portes ouvertes des écoles, parler avec les élèves, les anciens, les profs.
    On a comme démonstration de la qualité d’une école les productions de fin d’année. Mais attention les promos sont aléatoires au niveau de la qualité, tout dépends du talent, des compétences des élèves, et de la constante présence de bons profs au fils des années. Il faut comme tu dis Thomas, fouiller les portfolio et le parcours des professeurs et anciens élèves. C’est sûr, ça rassure!

    Dans les écoles de 3D « prestigieuses » en France (comme selon moi Les Gobelins, ESMA, Supinfocom, New3dge, etc) en dehors de la technique et de l’utilisation des logiciels qui s’apprennent dans la majeure parties des écoles tout niveau confondu, il y a en plus une bonne formation artistique, un temps pour développer votre culture et sens artistique, et surtout un bon investissement pour ramener des intervenants très compétents (parfois des interventions de professionnel venant de gros studios). Les profs sont passionnés et donc à jour, mais très éxigent. Le coté humain peut parfois être absent dans ce type d’école, avis aux âmes sensibles.

    Dans de plus petites écoles on a moins cette chance, mais ça peut arriver. Pour ma part ma promo 2014 à Objectif 3D a été formé par des professionnels d’Ubisoft ce qui nous a permis d’apprendre des techniques concrètes et d’actualités (next-gen pour le jeu-vidéo).

    La réussite d’un élève est bien-sûr basée sur ses compétences et surtout sur sa motivation. C’est un domaine compétitif. Comme vous l’avez tous dit, c’est du 75% d’investissement personnel en complètant ses connaissances via des tutos et en augmentant ses skills en pratiquant chez soi sur des projets personnels (ces mêmes projets seront utiles pour votre portfolio car ils seront représentatif de votre travail réalisé par ‘amour’ hors contraintes scolaires/délais et affirmeront votre style/art vos points forts); et du 25% de compétences développé par l’école. Les élèves qui s’en sortent le mieux sont les plus curieux.

    Par expérience, je peux vous que les écoles prestigieuses sont selectives, elles ont un rythme et des exigences élevés. Il y a beaucoup d’abandon de l’ordre de la selection naturelle (comme mon cas) chaque année.
    Il faut être accroché pour supporter « d’ingurgiter » énormément d’informations avec peu de sommeil. Il faut tenter ces écoles pour savoir ce dont on est capable, si vous êtes fait pour ça ou non (et même si vous n’y arrivez pas il ne faut pas desespérer, si vous êtes passionné ça paiera toujours).

    Ceux qui en sortent sont l’élite et partent loin, débutent professionnellement dans de très bons studios (j’en connais qui sont allé à The Mill à Londres, en stage à Dreamworks ou à Weta Digitals studio de Peter Jackson).

    Personnellement, je n’ai pas réussi cette école car j’étais trop jeune et pas assez assidu. De plus, les cours étaient via rétro projecteur durant 8/jour assis sur une chaise à écouter et noter, le travail étant fait à la maison voilà pourquoi vous dormez peu. (Hormis le film de fin d’études réalisé dans sa totalité sur un bon matos à l’école). Il faut une excellente motivation.

    Au final dans ma deuxième école, je me suis retrouvé avec un rythme équivalent car je bossais énormément chez moi. Et j’ai vraiment apprécié la deuxième, car tout est fait en cours, et vous laisse le temps de pratiquer/complèter chez vous. Les profs vous donnes des leçons/exo et son disponible lors de la pratique.
    Pour des gens « lambda » comme moi (pas des grosses brutes de la 3D, et plus lent à assimiler les choses) une petite école suffit.
    Il y a bien des auto-didactes qui réussissent et comme vous le dîtes n’ont pas bénéficié du réseau professionnel d’une école.
    Tout est une question de skill démontrables sur votre portfolio ticket pour entrer dans une boite, de savoir bien se vendre, et surtout de savoir respecter les contrainte de la prod et les exigences de la boite. (C’est vrai qu’une école vous structure sur le travail d’équipe, les contraintes, les délais, vous donne un aperçu de la prod et vous permet de vous créer la base d’un réseau pro via votre promotion entre élèves). Tous les élèves de ma promo ont été placés, car solidaires et motivés. Toujours rester en bons termes même si ça jazze durant les projets. Sachez que vous pouvez être recommandé par la suite.

    Voilà ce que je disais aux parents curieux et parfois inquiets lors des portes ouvertes de mon école, qui veulent mettre les meilleurs chances de réussites pour leur enfants et surtout ne pas avoir investi dans une école payante pour rien.
    Je leur disais aussi de bien se renseigner sur les avis sur le net et en visitant toutes les écoles en France et ne pas se restreindre à la localisation (en France ou à l’étranger) avant de s’inscrire. Regarder le listing des écoles et leur taux de placement des élèves en entreprise (moi j’ai trouvé sur Créanum.fr). Car il y a des écoles réputés « arnaques » comme je citerais Studio M et Ariès 3D. Pour ce qui est d’Ariès, ce n’est que par rumeur et je peux me tromper, et toutefois une école peut très vite progresser grâce à une équipe pédagogique changeante et ses intervenants (le cas de mon école) ou très vite se retrouver à la traine s’il n’y a plus de bons profs.

    Je ne sais pas ce qu’il en ai pour les écoles publiques, mais j’ai toujours pensé qu’étant donné que le jeux-vidéo est un secteur privé, une industrie, que l’on apprends un savoir-faire, les écoles privées ayant plus de budget se donnent plus la peine pour ramener de bons profs.
    Certaines écoles ou facs contiennent des profs qui n’ont jamais exercés ou que très peu dans le jeu-vidéo, et donc c’es pas terrible. Pour du Game Design ou des corps de métiers plus conceptuel que vous souhaiterais exercer ça peut le faire. Mais je préfère tout de même le privé. Ce n’est pas donné à tous le monde, pour ma part je fais parti de ce genre de privilégiés néanmoins de la classe moyenne en qui les parents ont fait confiances. Je connais des étudiants malheureusement endéttés, soyez-sûr de vouloir faire ce métier dit de « passionnés ». Voilà pour mon opinion.

    En tout cas merci pour votre investissement Thomas, ça fait plaisir de voir des passionnés qui proposent des tutoriels pour la communauté 3D de francophones.
    Pour ma part, je suis character artist junior et un membre inscrit et je recommande partout une initiation à Zbrush via Polysculpt.com. Car c’est mieux de commencer en français pour un logiciels aussi tordu ^^ et de complèter avec les Zclassroom de Pixologic. Bonne continuation à toi ! 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Thomas Roussel - 2015

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

En visitant Polysculpt, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par Polysculpt sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre experience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de Polysculpt, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer