Pour ce second projet autour du fan art et cosplay de Kylo Ren, il y avait bien moins d'inconnues que le casque créé précédement. Aucun besoin de scan 3D et les références étaient assez nombreuses sur Internet.

Et en ce qui concerne le processus de création dans ZBrush, il était lui aussi assez similaire à celui du casque : beaucoup de ZModeler et de Live Booléennes et peu de brosses. Ma seule contrainte fût d'évider et assembler le modèle de façon à pouvoir rajouter plus tard l'électronique à l'intérieur pour ajouter un éclairage LED à une future lame/plasma. Je n'ai pû le faire pour cette première version, mais cela sera fait sans faute pour une seconde version !

Modélisation

Contrairement au casque, je n'ai pas utilisé les grilles de références de ZBrush, mais un plan 3D auquel j'ai appliqué une texture. Les buts étaient multiples : Tout d'abord, pouvoir appliquer une ou plusieurs textures de mon choix, mais surtout de pouvoir travailler avec une référence à la bonne échelle, c'est à dire 300mm de haut par 150mm de large.

J'ai ainsi créé une primitive rectangle (qui inclue des UVs par défaut) dans la palette Tool avant de la convertir en PolyMesh3D. J'ai ensuite changé la taille dans Tool >> Geometry >> Size de façon à avoir une taille de 3x1.5 avant de charger une texture créée dans Photoshop. Cette dernière a été découpée de façon à avoir le même ratio (2:1).

Mon projet était alors prêt pour la modélisation et ma première étape fût d'ajouter plusieurs cylindres en basse résolution pour mettre en place le volume du sabre laser. Il est évident de commencer avec peu de polygones permet d'effectuer des modifications rapidement et simplement avec la règle classique en 3D : il est toujours plus facile d'ajouter que d'enlever des polygones.

De nombreuses parties sont de simples copies autour du corps principal. Pour les créer, j'ai fait appel à mon bien aimé Array Mesh. Cet outil permet de faire des copies instanciées paramétriques. Un autre avantage est qu'il est possible de copier coller les paramètres d'un Array Mesh vers un autre.

Dans l'exemple ci-après, j'ai modélisé un composant à l'aide du ZModeler en partant d'un QuickCube auquel j'ai rajouté quelques extrusions négatives. Pour avoir à éviter de rajouter des chanfreins et autres biseaux partout, j'ai appliqué une subdivision dynamique de type QGrid. En quelques clics, vous avez tous vos angles biseautés, modifiables en temps réel. Une fois la pièce terminée, j'ai utilisé l'Array Mesh pour créer 6 copies avec comme point de pivot le centre du cylindre du corps avec une rotation à 360°.

Après quelques modifications et changements sur les paramètres du Array Mesh, j'ai copié les valeurs vers les autres modèles qui avaient les mêmes valeurs de copies : un simple copier-coller et voilà !


Pour le corps principal et certaines autres parties, j'ai continué à utiliser le ZModeler pour produire de nombreuses extrusions pour former les détails moyens comme ces rainures sur la poignée. Ici encore et toujours, j'ai fait appel à la subdivision dynamique. Dans l'exemple ci-dessous, vous pouvez voir cette fonction en action, avec et sans et puis avec différents paramètres. C'est l'avantage des paramètres dynamiques, vous êtes toujours libre de modifier les valeurs au cours de la création. Si bien sur vous voulez travailler sur le résultat final, il suffit d'appliquer les réglages définitivement au modèle pour qu'ils deviennent des niveaux de subdivision classiques.


Pour d'autres parties du modèle, je suis partit avec le ZModeler comme précédemment, j'y ai rajouté des détails avant de passer au Live Booléen en ajoutant des formes simples en mode négatif pour effectuer des découpes. Je n'ai clairement pas essayé de passer beaucoup de temps à faire des formes similaires avec le ZModeler quand cela peut prendre que quelques minutes avec le booléen.

Ci-dessous est un bon exemple : les formes rondes ont été créées avec le ZModeler, puis toutes les découpes à l'aides de primitives très simples.


Je voudrais faire une petite parenthèse qui touche beaucoup d'artistes, mais aussi moi-même : essayer de tout corriger des erreurs et imperfections à l'aide d'outils de modélisation. Dans l'exemple ci-dessous, on peut voir un pincement polygonal dû à la gestion du lissage dynamique de ZBrush et de la topologie sous-jacente. Pour corriger ce problème, deux solutions : le chemin le plus long ou on peut passer du temps a modifier la topologie du modèle et ce, avec potentiellement beaucoup de transformations. Ou alors simplement faire appel à une brosse de sculpture comme hPolish pour lisser cette imperfection en deux coups de brosse. Quelques secondes contre de longues minutes, quel est votre choix ? Bien sûr, les contraintes de topologie sont peu problématiques pour l'impression 3D ou l'aspect visuel est plus important que la topologie.

Impression de test

Une fois terminé avec les formes de base, j'ai voulu faire une impression de test de façon à avoir le sabre laser entre mes mains et le "sentir". Tout comme lors de la réalisation du casque de Kylo Ren, j'ai voulu voir sir l'impression FDM aurait été suffisante bien que le but final fût l'impression avec la Form2 (SLA). J'avoue vraiment aimer effectuer des impressions de tests avec mon Ultimaker 2+ Extended parce que le coût de revient est vraiment faible et l'on peut imprimer en grand. Parfait pour un sabre laser !

Ces types d'impressions ne posent pas de grands problèmes bien que les formes nécessitent beaucoup de support. Malheureusement les supports en FDM sont quelque chose que je déteste, surtout comparé au SLA. Ils nécessitent beaucoup de matière première et ils sont surtout compliqués à enlever. Comme vous pouvez le voir sur l'image ci-dessous, on peut aussi se blesser un peu de temps en temps...

Après un peu de travail sur ces supports et de la colle, tout se met en place sans souci. Premier constat, le sabre laser est grand, bien plus que je le pensais. C'est la différence entre rentrer des tailles sur un écran et avoir l'objet entre les mains. Pourtant après de nouvelles recherches, la taille était vraiment la bonne, c'est juste que les sabres sont vraiment grand !

L'état de surface obtenue, bien que très bonne pour un prototype, n'était pour moi pas assez bonne pour la qualité finale recherchée. Cela m'a confirmé dans mon choix de produire le modèle final en SLA avec la Form2.

Raffiner les formes

Une fois le gabarit validé et la taille validée, il était temps d'ajouter les détails et raffiner certaines parties.

Pour la partie inférieure qui inclue le "couvercle" (et où il sera possible d'accéder aux piles), j'ai simplement fait du kit bashing en utilisant des brosses IMM. J'ai fait de même pour la partie intérieure du générateur de plasma. L'approche est simple est rapide bien que je fasse toujours attention à créer des SubTools pour manipuler plus facilement toutes les parties (avec Tool >> SubTool >> Split >> Split Unmasked Points). Je n'ai utilisé que des brosses IMM proposées dans ZBrush mais j'aurai bien pu utiliser des brosses proposées par d'autres artistes, il y en a qui sont juste fantastiques !


Durant cette étape de création de détails, j'ai aussi commencé à attaquer la partie opérations booléennes avec le mode Live Boolean, dans le but de préparer le modèle à l'impression 3D. Pour l'exemple ci-dessous, j'ai préparé l'insertion d'une partie en effectuant une opération booléenne négative du même objet. Pour être sûr que l'assemblage sera facile, j'ai appliqué un Inflate de 1 à cette partie négative. Au passage, cet assemblage aura marché parfaitement pour l'impression finale !


J'ai continué d'utiliser les opérations booléennes pour ajouter des découpes en utilisant uniquement des formes primitives basiques. Désactiver le mode Live Boolean montre ci-après que le modèle peut être difficile à comprendre, mais honnêtement, je ne désactive jamais ce mode ! Si vraiment j'ai besoin de le faire, j'active en général l'affichage de PolyFrame.

Finalisation et détails supplémentaires

Une fois que toutes les parties ont été préparées, il a été temps de raffiner encore plus le modèle. Presque toutes les pièces avaient à ce niveau un aspect assez primitif en sortie du ZModeler, toutefois je voulais vraiment obtenir un aspect moins "CG" et plus naturel.

Comme le montre la succession d'image ci-dessous, la première étape a été de convertir les opérations booléennes dynamiques en polygones bruts. Toutefois la variation de densité entre les différentes parties pouvait poser problème pour les étapes de sculptures futures. Pour pallier à ce problème, j'ai converti le modèle en un DynaMesh de haute densité. Puis avec les brosses TrimDynamic et hPolish (pour ne citer qu'elles), j'ai commencé à biseauter, créer des impacts sur les angles des parties pour leur donner un côté plus usé et donc naturel. J'ai aussi utilisé la brosse DamStandard pour rajouter des rayures ici et là.

J'ai bien sur appliqué les mêmes techniques pour l'intégralité du sabre laser.


Après un peu de préparation et de multiples opérations booléennes avec certaines par-dessus des opérations booléennes déjà produites, j'ai créé toutes les parties pour l'impression 3D. Vous pouvez constater que les sorties du plasma sont séparées du corps, pour pouvoir plus facilement ajouter l'électronique plus tard. Ainsi j'ai l'option de laisser le sabre sans ou avec lames.

Le socle du sabre laser

Un sabre laser est forcément plus sympa sur un socle... ce que je n'avais pas considéré au début du projet... Cependant je voulais vraiment que le sabre laser semble "flotter" au-dessus du socle. Bref la modélisation ne fût pas difficile du tout. Pour la base, j'ai récupéré le logo du First Order que j'ai convertit en SVG pour ensuite le charger dans le plugin Texte 3D et Forme Vectorielle de ZBrush que j'ai ensuite utilisée en tant que forme négative sur la base hexagonale. J'adore utiliser des formes vectorielles pour certaines formes, on peut obtenir rapidement une forme complexe qui aurait été difficile à faire autrement.


Impression 3D

Une fois toutes les parties finalisées, détaillées, optimisées avec Decimation Master, je les ai exportées via le plugin 3D Print Hub... sans oublier d'appliquer un facteur multiplicateur de 100 pour passer de mes unités ZBrush à des millimètres. J'ai passé ensuite tous mes fichiers dans Netfabb basic au cas ou il y ait des petits soucis de topologie, problématiques pour l'impression 3D. Cette étape est pour moi obligatoire car il n'y a rien de pire qu'une impression de raté à cause d'un fichier corrompu/défectueux.

Ensuite après l'importation de tous les fichiers dans PreForm, j'ai commencé à les organiser sur la plateforme d'impression et créer les supports. Cette dernière étape est vraiment cruciale et je passe beaucoup de temps à vérifier toutes les couches unes par unes pour chercher, au cas où, des soucis de supports ou alors en rajouter si nécessaire. Ainsi, je peux optimiser leurs placements et limiter ensuite le post process de nettoyage.

Comme vous pouvez le voir dans la capture ci-dessous, certaines parties rentrent de justesse dans le volume d'impression et en particulier une des parties du socle... qui s'est jouée vraiment au millimètre.

Ce temps de préparation est vraiment -très long- et j'ai appris à ne pas faire confiance au logiciel pour tout (même si Preform est vraiment un bon logiciel). Au final, je n'ai pas encore raté d'impression avec la Form2.. En espérant garder ce taux de succès à 100% pour longtemps !


Ci-après, une photo du corps principal du sabre laser à la fin de l'impression. Comme vous pouvez le voir, la raclette noire est vraiment proche du modèle imprimé et il faut faire vraiment attention lorsque l'on enlève la plateforme de construction de ne rien toucher...

Et voici quelques parties du sabre imprimés, toujours sur la plateforme de construction.

Je vous invite à bien regarder l'image ci-dessous qui montre l'impression en gros plan. Même en qualité moyenne à 50 microns par couche la qualité est vraiment excellente. Les couches sont quasi invisibles et juste un peu de ponçage à l'eau sera suffisant pour avoir des surfaces imppecables. C'est aussi une autre raison pour laquelle j'aime l'impression SLA : la résine est assez facile à retravailler une fois solidifiée, contrairement aux impressions FDM.

Ci-dessous quelques-uns de mes outils. Presque tout vient du Japon, que ce soit les pinces, parfaites pour la suppression précise des supports, les cutters, couteaux et autres. Il est malheureusement impossible de trouver tout ça en France. Je vous invite à consulter la page Materiel du site pour avoir les liens directs vers les boutiques Japonaises ou je me fournis (en anglais).

Ces éponges à poncer "Gad Hand Tool" sont juste indispensables. C'est un vrai régal et j'en ai acheté des tonnes. Pour les parties plus grandes, j'utilise des éponges à poncer Taimya.

Et voici quelques photos du projet finalisé. Pour toute la peinture j'ai utilisé mon aérographe Taimya plus quelques effets de peinture à sec. Je ne suis pas à 100% content du résultat, mais la peinture n'est pas mon domaine de prédilection. Enfin on va dire que c'est déjà assez honorable pour être vu de loin 😉

Voici une vue de près du sabre laser sur son stand en "lévitation". De 3/4 cela rend plutôt bien. J'aurai peut-être du travailler un peu plus mon socle de façon à enlever le bras inférieur.

 

Conclusion

Comme je l'avais prévu, ce projet fût plus simple que celui du casque. La seule partie un peu plus délicate a été la préparation pour recevoir l'électronique à l'avenir, c'est à dire aussi les piles, l'enceinte, etc...

Le prix a été aussi bien plus faible car l'intégralité a été évidé. Le modèle utilise environ 460 mL de résine avec les supports et peut s'imprimer en 4 fois. Le prix est d'a peu près 110 EUR, en incluant aussi la peinture et extras. Bien sûr cela ne compte pas les outils que je possédais déjà.

Mon seul regret concerne la partie peinture métallique. Je pense que du bon vieux métal aurait été bien mieux... enfin cela se voit de près et pas de loin, c'est déjà ça !

En termes de compétences, ce ne fût pas très difficile à créer dans ZBrush. En termes de fonctionnalités on est resté sur un usage limité avec principalement le ZModeler et les Booléens. La seule petite exception fût l'ArrayMesh... et encore, j'en ai fait un usage plutôt simpliste.

Fichiers à télécharger

Si vous possédez une imprimante 3D Form2 et que vous souhaitez imprimer ce sabre laser, vous pouvez télécharger les fichiers directement prêts à être imprimés. Sinon vous pouvez télécharger les fichiers STL et les imprimer avec l'imprimante de votre choix.

N'oubliez pas que vous pouvez toujours télécharger le logiciel  Prefrom et regarder comment sont organisés les fichiers 3D pour la Form2.

Merci de prendre en contre certaines restrictions : ces fichiers ne peuvent être utilisés pour un usage commercial, ne peuvent être revendus ou redistribués sans mon accord. Merci de lire le fichier "Read me" inclut, qui est au passage traduit en Français.

Les fichiers :

Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me contacter via le formulaire du site.

Thomas Roussel - 2008 - 2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

En visitant Polysculpt, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par Polysculpt sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre experience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de Polysculpt, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer