Le site GearBest m’a proposé de tester l’imprimante 3D CR10(S) de Creality. C’est une imprimante de type FDM qui se base sur le principe du filament de plastique fondu utilisé pour former les couches d’un objet. Mais c’est surtout une imprimante 100% made in China à un prix défiant toute concurrence. Etant habitué aux imprimantes 3D haut de gamme, j’avoue avec été très sceptique sur la machine, mes anciens souvenirs d’imprimante à “pas cher” n’étaient pas très positifs. Mais j'avoue dès maintenant qu'il n’en fût rien, j’ai été bluffé par cette machine dont je vous propose le test. Celui-ci est basé sur le modèle “S” mais qui s’applique tout autant au modèle non “S”.

Sachez que cette imprimante se trouve souvent en promotion chez GearBest à un peu moins de 350 EUR et 450 EUR pour le modèle S lors des promotions assez frésuentes.

Note : les liens de cet article sont affiliés, pensez à Polysculpt si vous achetez une imprimante, cela ne changera rien pour vous, mais cela aidera à payer les dépenses du site !

La vidéo

Spécifications

Voici quelques détails techniques sur l’imprimante, qui vous donnera déjà une idée de ce que propose cette machine.

  • Grand volume d’impression de 30 x 30 x 40 cm (largeur x profondeur x hauteur)
  • Buse de 0.4 mm
  • Plateau chauffant (90~100°C Max)
  • Epaisseur de couches minimums de 0.05 mm
  • Vitesse de 20 à 300 mm/s
  • Châssis en aluminium
  • Système de détection de fin de filament (uniquement pour la S)
  • Connection USB et Micro SD (fournie)
  • Interface en anglais
  • Logiciel de préparation fourni : Cura

Différences entre la Creality CR10 et CR10S

Les deux imprimantes sont quasi similaires bien que la CR10S propose quelques améliorations intéressantes :

  • Deux moteurs au lieu d’un seul pour l’axe vertical
  • Un détecteur de fin de filament
  • Reprise de l’impression en cas de coupure de courant
  • Une carte contrôleur un peu différente pour supporter le détecteur de filament.
  • Des petites modifications ici et là comme des gaines de protection, un renforcement de la connexion du plateau chauffant ou un feeder légèrement différent pour ne citer que ceux-là.

Mon choix s’est porté sur la CR10-S principalement à cause du détecteur de fin de filament et la reprise de l’impression suite à la coupure de courant. Car si vous imprimez en très grand, il n’y a rien de plus frustrant qu’une impression ratée à cause d’un manque de filament ou d’une micro coupure de courant. Le moteur supplémentaire pour l’axe vertical est aussi un plus car sur les impressions les plus hautes, la précision apportée peut être avantageuse.

Toutefois si votre budget est limité, la CR10 est largement suffisante. Mais sachez aussi que selon vos besoins et budget, l’imprimante existe en différentes tailles :

  • CR10 Café :  volume de 30 x 30 x 40 cm (coupon : FR18impri3d03 (~303 EUR))
  • CR10 bleue : volume de 30 x 30 x 40 cm (expédition depuis l'europe - coupon : Cr10bluejk (~362 EUR))
  • CR10S : version améliorée, volume de 30 x 30 x 40 cm - Version sur Amazon.fr. Un peu plus cher, mais expedition rapide et pas de douane à l'arrivée (~529 EUR).
  • CR10S : version améliorée, volume de 30 x 30 x 40 cm (expédition depuis la chine) (390 EUR)
  • CR10 4 : volume de 40 x 40 x 40 cm (expédition depuis la chine) (622 EUR)
  • CR10 5 : volume de 50 x 50 x 50 cm (expédition depuis la chine) (848 EUR)
  • CR10 / CR10S : Chez AliExpress, dépot Allemagne - Choisissez l'entrepot puis l'imprimante de votre choix. Pas de douane à l'arrivée (~453 EUR la CR-10S)

Contenu / unboxing

Pour moi l’emballage est toujours une information importante sur la qualité du produit et c’est souvent un point négligé pour les produits à pas cher. J’avoue avoir été (très) impressionné dès l’ouverture : carton épais, mousse expansée bien épaisse et taillée comme il faut et dedans, l’imprimante. Il faut savoir que celle-ci est seulement prémontée et il vous faudra terminer l'assemblage. Rien à craindre là-dessus, on y viendra plus bas.

En plus de l’imprimante en elle-même, on trouvera tous les outils nécessaires au montage, mais aussi ceux qui pourraient être utiles au démontage de la machine. En complément, on trouvera surtout de nombreux autres éléments : Une clé USB vers MicroSD avec la carte fournie (de 8Go), une buse de remplacement, un tube Bowden supplémentaire, un rouleau de scotch pour l’accroche, des vis de différentes tailles, une aiguille pour déboucher la buse, une spatule, une pince coupante, une bobine de filament d’au moins 400 g et j’en passe. On est loin d’une imprimante emballée en vrac dans un vulgaire carton, ce qui étonne déjà au prix de l’imprimante.

Montage

Si le montage d’une bibliothèque Billy d’Ikea n'est pas une tâche insurmontable, rassurez-vous, le montage de l'imprimante est relativement simple et surtout, suffisamment documenté sur Internet. Le guide papier fourni avec l’imprimante est plutôt limité, mais vous trouverez dans la carte MicroSD les guides PDF en Anglais et Chinois et dans le contenu chinois, vous trouverez une vidéo du montage. Certes, le Chinois ne vous aidera pas, mais la vidéo est suffisante pour effectuer le montage. Dans mon cas, j'ai monté l'imprimante sans regarder la vidéo et sans aucun souci.

En quelque lignes, il y a la partie verticale à visser sur la partie horizontale à l’aide 4 vis et il faut y ajouter deux supports en T avec 3 vis chacun de chaque côté. Puis il reste à connecter les câbles aux moteurs au plateau chauffant et la tête d’impression.

Pour les moteurs, il y a des bagues avec une lettre correspondant à l’axe (X, Y et Z (x2 pour chaque moteur)) et le moteur de l’extrudeur (E). Pour le plateau chauffant et les composants de l’extrudeur (chauffe, etc...), il y a des gros câbles avec connecteurs multi broche à connecter au boîtier de contrôle.

Connecteur CR10

Une bague avec la lettre "E" pour "Extrudeur" sur un des câbles.

Connecteurs CR10

Les gros connecteurs pour le plateau et la tête. Je ne m'attendais pas à ça pour ce type d'imprimante !

Il faut avouer qu’à ce niveau, entre le déballage, l’assemblage et la haute qualité apparente de l’ensemble je suis déjà très impressionné. En ce qui concerne l’imprimante, on retrouve des profilés en aluminium, de la grosse visserie, bien loin de l’image bric et broc de nombreux produits Chinois.  Il est sûr que je n’ai pas encore un grand recul sur la machine, mais cette impression de qualité va vraiment devenir réelle.

mécanique CR10

De l'aluminium, des grosses vis, du métal partout, cela donne une bonne impression de confiance.

Enfin, il est conseillé de vérifier toutefois les nombreuses vis et serrages car certains utilisateurs ont eu à faire des ajustements. Je n’ai rien fait là-dessus, j’ai vraiment voulu tester l’imprimante telle qu’elle en sortie de carton.

Premier allumage…

Et première fausse joie : l’imprimante s’allume, les ventilateurs tournent… mais rien sur l’écran, que le rétro-éclairage. Vérification des câbles et connexions, tout semble OK. Diantre…

Direction mon ami Google et après quelques recherches, je trouve des articles sur des soucis identiques. Je trouve aussi des groupes Facebook d’utilisateurs que je rejoins dans la foulée. Pour revenir au problème, il semble que dans certains cas, une nappe est mal insérée dans le boîtier. J’en profite pour conter mon histoire sur deux groupes Facebook.

J’en profite alors pour démonter le boîtier et je découvre l’intérieur de la bête : électronique impeccable, cosses protégées par de l’isolant, bref, encore un contre-exemple de la mauvaise qualité d’assemblage Chinois (les préjugés ont la vie dure. !). Sauf que mes nappes sont bien insérées. Retour à la case départ. Puis après quelques échanges avec des utilisateurs anglais, la réponse arrive : “c’est l’écran qui est vissé trop fort, il faut le dévisser un peu !”. J’avoue ne pas trop y avoir cru tellement cela paraissait absurde… sauf que ce fût bien la cause du souci. Après avoir un peu dévissé l’écran, celui-ci se mit à marcher à merveille…

Les quatre vis trop serrées. Notez les deux nappes blanches, c'est souvent une des deux qui est mal insérée.

Notez le bloc d'alimentation, les soudures bien protégées, cela donne au moins une bonne impression (à voir sur le long terme

Je ne m’étais toutefois pas trop inquiété car dans l’attente de trouver une solution au problème, j’ai eu l’occasion de tester la connexion de l’imprimante en USB avec Cura : j’ai pu alors piloter l’imprimante sans utiliser le boîtier. J’étais persuadé que c’était un simple problème d’écran et je ne m’étais pas trompé.

Il ne me restait alors plus qu’à attaquer le réglage du plateau pour sa mise à niveau.

Mise à niveau du plateau et adhésion

Voici un point assez sensible en impression 3D : avoir un niveau bien à l’horizontal vis à vis de la buse. Le réglage se fait manuellement avec quatre vis aux quatre coins du plateau. Au prix de la machine, il ne faut pas s’attendre à une mise à niveau automatique. Il suffit alors de lancer un programme qui place la buse sur chaque coin et au centre et ensuite régler la distance entre le plateau et la buse à l’aide des vis. Un grand classique, mais assez incertain surtout pour les débutants.

J’ai beau avoir de l’expérience, j’ai dû m’y reprendre à de nombreuses reprises pour deux raisons :

La première est simple : le plateau de verre faisant 31x31 cm, le moindre écart de hauteur se fait vite ressentir sur tout le long du plateau. Donc il faut être bien plus précis sur le réglage que sur un plateau de 23 x 23 cm (mon Ultimaker) ou plus petit. Plus c'est petit et plus c'est permissif.

La deuxième raison est un peu plus sournoise : sur une telle taille de plateau, il se peut que la planéité ne soit pas totale et c’est aussi un problème reconnu de l’imprimante. Il arrive souvent que la partie centrale du verre soit légèrement bombée rendant le réglage parfait presque impossible. Une variation d’un demi-millimètre suffit à provoquer des problèmes d’adhérence, surtout sur les grands modèles.

Voici une impression qui s'est décollée sur le côté droit et que j'ai dû scotcher au plateau pour essayer de ne pas la perdre. Au final, cela n'a pas tenu et j'ai été obligé d’arrêter l'impression.

Pour corriger ce problème, le mieux est d’acheter des miroirs de 30 x 30 cm à Ikea (moins de 7€ les 4) et vous aurez un plateau tout plat !

Dans le cas de mon imprimante, mon plateau était relativement plat, je n’ai été confronté qu’à la précision du réglage… et j’en ai raté des impressions au début. J’ai vite pensé à des soucis d’adhérence entre mon filament et la plaque de verre et j’ai utilisé pour fiabiliser l’adhérence du scotch de peinture, puis ensuite un spray d’adhérence d’impression 3D. Cela marchait plus ou moins, mais avec toujours des parties qui finissaient par se déformer ou ne plus s’accrocher au plateau. Jusqu'à ce que je me penche de nouveau sur le réglage du plateau.

Et pour avoir un réglage de qualité, j’ai terminé par faire ce que j’avais déjà fait sur mon Ultimaker : me faire un fichier 3D spécial réglage du plateau : imprimer des carrés pleins sur deux couches aux chaque coins et au centre. Cela permet de régler la hauteur du plateau pendant l’impression et voir en direct si le filament est bien écrasé ou non.

Depuis j’ai remplacé le plateau en verre par une Ultrabase, un plateau avec une surface d’adhésion qui marche plutôt bien et qui ne nécessite ni produit chimique ni colle ni scotch. Le prix peut paraître élevé, mais si vous sauvez une impression de 500g que vous auriez ratée autrement, vous rentabilisez tout de suite l'achat.

L'Ultrabase en place : une plaque de verre avec des micro points en épaisseur, facilitant l'adhésion des impressions lors de la chauffe du plateau.

Les commandes et le boîtier

Contrairement à certaines imprimantes, le boîtier est séparé de la partie impression. Je pense que cela permet de grandement minimiser le coût de la machine en évitant de fabriquer des pièces sur mesure. Pourquoi pas, mais cela apporte inévitablement son lot de câbles et même s’ils semblent de grande qualité, il y en a beaucoup et cela traîne vite partout. Ce point est assez important car j’ai raté une impression car le câble d’un moteur s’était pris dans une encoche de la bobine du filament, finissant par empêcher l’avancée du filament.

boitier et écran de la Creality CR10-S

Le boitier de la CR10 avec son écran LCD et son bouton cliqueur.

Mis à part les câbles, le boîtier propose une molette avec bouton poussoir associée à un écran pour naviguer dans les menus, effectuer quelques réglages et bien sûr lancer les impressions.

Beaucoup de câbles qui partent du boîtier et certaines sont obligatoirement mobiles à cause des parties en mouvement.

Le menu est en Anglais (ou Chinois) et le Français n’est pas disponible. Pour les anglophobes, rassurez-vous, vous ne serez pas noyé par la quantité des menus et vous arriverez à vous débrouiller sans grande difficulté.

Les commandes sont succinctes, mais largement suffisantes pour tous les usages classiques : déplacement des axes/plateaux, réglage des températures, avancer le filament, surveillance de l’impression en cours, bref tout ce qu’il faut au quotidien. Sachez que si vous êtes bidouilleur, il est possible de mettre à jour le microcode et accéder alors à de nombreux réglages et fonctions supplémentaires.

Sur le côté du boîtier on trouve deux connecteurs, un USB et un MicroSD. Le port USB permet de piloter l’imprimante depuis l’ordinateur, avec par exemple Cura. Sachez que l’USB est suffisant pour alimenter l'électronique embarquée mais j’ai toutefois évité de tenter de lancer une impression. Le port MicroSD sert quant à lui à charger les fichiers à imprimer, au format GCode.

Notez la présence des deux ports sur le côté du boîtier. Le port Micro SD est vraiment petit et peu pratique.

Ce port MicroSD n’est pas idéal pour de multiples raisons. Tout d’abord, cela semble très fragile, mais surtout il est très difficile d'y insérer la carte car si vous la placez 2mm trop haut, vous risquez de la faire tomber dans le boîtier. Enfin, il faut un adaptateur MicroSD vers SD ou USB pour gérer les fichiers ce qui est assez pénible. L'imprimante est fournie avec une clé USB adaptateur mais j’ai eu quelques soucis de connexion, aléatoires, sur mon PC. J’ai terminé par acheter une rallonge MicroSD vers SD que je laisse en permanence connectée au boîtier et mes soucis ont été résolus.

L'adaptateur MicroSD vers SD installé, avec autour un cache imprimé. Vous pouvez télécharger le fichier sur Thingiverse.

Qualité d’impression

Avant de parler de la qualité des modèles imprimés par cette Creality CR 10-S, je tiens à préciser que j’utilise le logiciel Simplify 3D pour préparer mes fichiers pour l’impression FDM. C’est un logiciel payant contrairement à son concurrent gratuit le plus populaire, Cura. Ces dernières années, ce dernier a rattrapé une grande partie de son retard et les dernières versions ont amélioré grandement les possibilités du logiciel. Toutefois, j’ai toujours des meilleures impressions et moins de “soucis” avec Simplify 3D (souvent écrit "S3D").

La CR10 permet avec sa buse par défaut de 0.4mm de sortir des belles impressions et avec le bon filament, de minimiser au maximum la visibilité des couches imprimées. De plus, les formes courbes sont bien arrondies et non facettées, montrant que les moteurs pas à pas pilotant le chemin de la buse sont très précis.

Note : j'utilise principalement des filaments premium comme les Colorfabb et Neofil3D.

"Groute", cousin de Groot, sculpté dans ZBrush puis imprimé avec la Creality CR10-S. Qualité impressionnante pour ce modèle de 11 cm de haut. A tenter à l'occasion avec une buse de 0.2 et des couches de 0.05 mm.

Mes premières impressions, modulo mes soucis d'accroche initiaux m’ont bluffé (et oui, ce mot revient souvent avec cette imprimante) car pour une imprimante FDM, la définition de la surface est excellente, tout autant que mon imprimante Ultimaker 2+ Extended.

Il faut toutefois noter un petit souci qui ne va affecter que ceux cherchant des grandes vitesses : il y a du ghosting qui apparaît sur certaines parties des modèles. Ce Ghosting est une sorte de rémanence des formes qui apparaît autour des surfaces un peu contrastées et qui est principalement dû à des problèmes d'inertie des parties mouvantes de l'imprimante. Dans le cas de la CR10, le plateau se déplace sur la profondeur et au vu de sa taille… et son poids, il y a forcément des soucis d’inertie lors des mouvements brusques.

Si vous regardez bien au niveau du tatouage sur le haut de l'épaule, on peut voir de la rémanence au niveau de l'impression, créant ce ghosting. Vous pouvez aussi constater que les couches sont presque invisibles.

Ces problèmes surviennent dès que l’on arrive vers les 60mm/s pour la vitesse d’impression, mais il est bien connu que la qualité d’impression s’améliore avec des vitesses plus lentes. Vous pouvez alors imprimer vite, avec des couches épaisses pour faire du prototype et imprimer lentement et des couches plus fines pour avoir un modèle de qualité.

Enfin l’imprimante permet d’imprimer des couches de 50 microns et peut supporter des buses de toutes tailles. Je n’en ai pas encore fait l’essai, mais il est fort probable qu’une buse de 0.20 mm et des couches de 50 microns permette de produire des impressions de très haute qualité… mais au détriment du temps d’impression. J'ai prévu des impressions de très grande taille et pour l'occasion j'ai acheté des buses de 0.6, 0.8 et 1 mm.

Fiabilité de l’impression

Avoir une imprimante fiable est un critère important car il est assez facile de lancer des impressions de 10 ou 20 heures sur une imprimante normale, mais avec son volume impressionnant, il est possible de faire des impressions de 40 ou 80 heures avec la CR10. Avoir une imprimante sur qui compter est crucial car pour toute impression ratée, c’est des dizaines d’heures de perdues sans compter le coût en électricité et filament perdu... et la frustration qui va avec !

La CR10, dans sa version S, propose deux options intéressantes : Tout d'abord un détecteur de fin de filament, qui met en pause l’impression si vous arrivez à la fin de la bobine. Cela vous offre alors la possibilité de changer de filament en cours d’impression sans vous retrouver avec une buse qui continuer à bouger sans filament (c'est du vécu...).

Le détecteur de filament, situé avant le système d'entraînement.

Ensuite, vous avez la reprise d’impression en cas de coupure de courant. J’ai utilisé cette fonctionnalité sans le vouloir, en débranchant par erreur la prise de courant. Après 15h d’impression, j’étais plutôt énervé et en rebranchant l’imprimante, j’ai eu la bonne surprise de pouvoir reprendre l’impression.

Enfin, l’imprimante est entièrement en métal, les composants internes semblent de bonnes factures, les cosses de l’alimentation bien protégées ce qui permet de penser que la machine devrait tenir longtemps. Attention toutefois, ce n’est qu’un ressenti et il ne faut pas oublier que l’on est en présence d’une imprimante à faible coût et qu’en général, l’économie se fait bien quelque part.

Au quotidien

Les descriptions, les spécifications, c’est important, mais savoir ce que vaut l’imprimante au jour le jour est d’une certaine façon encore plus importante.

C’est une imprimante qui dans l’ensemble est agréable à utiliser et surtout qui imprime bien, mais comme expliqué précédemment, il est crucial que le plateau soit bien réglé. Ensuite les commandes sont simples, la buse chauffe relativement vite… contrairement au plateau qui met environ 5 min à attendre les 60°C. Mais au final, je lance toujours le préchauffage avant de lancer l’impression et que sont 5 min comparées à des heures et des heures d’impression ?

Ensuite il y a le remplacement/chargement du filament. Ne cherchez pas de commande, il faut le faire à la main en libérant le “Feeder” de sa pression et insérer le filament, puis le pousser jusqu’à la buse. Rien de plus simple, mais cela peut être déconcertant la première fois, surtout si c’est votre première imprimante.

Elle a toutefois un défaut qui peut être embêtant pour certains utilisateurs : elle est relativement bruyante, autant à cause des ventilateurs que des bruits de déplacements, amplifiés par quelques vibrations du châssis. Ce problème ne m’a pas dérangé plus que ça car elle est au final pas tellement plus bruyante que mon Ultimaker, mais cela peut déranger certaines personnes. Sachez toutefois qu’il est possible de changer les ventilateurs pour des plus silencieux et apporter pas mal de modifications diverses pour améliorer ces petits tracas.

Car c’est un point qui est aussi très important dans l'utilisation de cette imprimante : il y a un nombre (très) important de modifications à apporter à l’imprimante, que ce soit le logiciel interne, la gestion de tension des courroies, la rigidification du châssis et bien plus.

Et si vous avez un doute, un souci, une interrogation, vous pourrez aussi compter sur la grande communauté autour de cette imprimante, que ce soit les forums ou les nombreux groupes Facebook, français ou anglophones et les tutos sur YouTube. C’est un gros plus au quotidien, vous n’êtes pas vraiment seul derrière cette imprimante.

Conclusion

Bluffé et bluffante. C’est ce que j'ai été et ce que je pense de cette imprimante, qui m’a réconciliée avec les imprimantes à bas coût. Elle donne cette sensation agréable de fiabilité et de qualité, elle produit des belles impressions et son coût est vraiment ridicule au vu des spécifications et performances. Surtout si je la compare à mon Ultimaker2+ Extended, payée 3,500 EUR.

Toutefois il ne faut pas oublier que l’on est sur du matériel qui n’est pas très cher et que même si le fabricant taille dans les coûts avec un châssis simple et assemblé, une électronique simple sans trop de fioritures, avoir la CR10-S avec un coupon code pour 378 EUR, frais de port inclus est quand même surprenant. Même si vous n’arrivez pas à avoir l’imprimante avec une promotion ou un code, elle reste un excellent choix.

Si vous êtes intéressé par l’impression 3D et que vous n’avez jamais fait le pas, voici une bonne opportunité de vous lancer, sans prendre de grands risques financiers. Et même si la Creality CR 10-S est le modèle le plus intéressant, la CR-10 est toute aussi intéressante et forcément moins chère.

Après si vous êtes déjà dans l’impression 3D, que vous cherchez à imprimer grand, voire très grand, n’hésitez pas une seule seconde, voire optez pour la CR10 Enlarged faisant du 40 x 40 x 40 cm ou la CR10-5 qui imprime jusqu’en 50 x 50 x 50 cm, pour un prix tout autant ridicule pour de tels volumes.

Pour moi cette imprimante est idéale et même si elle possède quelques petits défauts, ils sont insignifiants au vu du prix et elle sera la compagnonne idéale des créatifs voulant imprimer en grand, les cosplayeurs à la recherche de création d'accessoires en grand, les makers et bien plus !

Enfin, je garderai en mémoire que l'on est quand même sur du low cost et si vous êtes un professionnel et que la garantie et le support technique est un critère très important, je vous conseillerai alors de vous orienter vers une imprimante reconnue fiable, chez un revendeur français qui sera là pour vous. C'est aussi une raison pour laquelle certaines imprimantes sont plus cher !

Les plus :

  • Grand volume d’impression
  • Très bonne qualité d’impression, y compris des surplombs
  • En métal, aucune pièce en impression 3D
  • Pilotage USB
  • Montage aisé et packaging de qualité
  • Grosse communauté
  • De nombreux hacks et améliorations disponible
  • Prix
  • Tout est fourni et bien plus !

Les moins :

  • Encombrante, bien que ce soit logique au vu du volume d'impression
  • Ventilateurs bruyants, mais remplaçables
  • Difficulté de réglage du plateau
  • Interface en anglais... pour les anglophobes !
  • Temps de livraison peut être (très) long

Où acheter la Creality CR10

Vous pouvez trouver les différentes CR10 sur AliExpress et GearBest.com, mais gardez en tête que les délais de livraison peuvent être importants au départ de la chine (plusieurs semaines !). Essayez aussi d’opter pour des entrepôts de livraisons situés en Europe (Allemagne chez AliExpress et GW-x). Vous éviterez alors les frais de douane et taxes associés. La CR-10S est actuellement disponible que chez AliExpress et Amazon.fr. Amazon sera un peu plus cher, mais via un vendeur français. Pas de frais de douane dans le cas d'une livraison depuis l'Europe.

  • CR10 Café :  volume de 30 x 30 x 40 cm (coupon : FR18impri3d03 (~303 EUR))
  • CR10 bleue : volume de 30 x 30 x 40 cm (expédition depuis l'europe - coupon : Cr10bluejk (~362 EUR))
  • CR10S : version améliorée, volume de 30 x 30 x 40 cm - Version sur Amazon.fr. Un peu plus cher, mais expedition rapide et pas de douane à l'arrivée (~529 EUR).
  • CR10S : version améliorée, volume de 30 x 30 x 40 cm (expédition depuis la chine) (390 EUR)
  • CR10 4 : volume de 40 x 40 x 40 cm (expédition depuis la chine) (622 EUR)
  • CR10 5 : volume de 50 x 50 x 50 cm (expédition depuis la chine) (848 EUR)
  • CR10 / CR10S : Chez AliExpress, dépot Allemagne - Choisissez l'entrepot puis l'imprimante de votre choix. Pas de douane à l'arrivée (~453 EUR la CR-10S)

 

Quelques photos

Voici quelques photos complémentaires de l'imprimante et les commentaires associés :

19 Commentaires
  1. Alexandre S. 3 mois Il y a

    Super test comme toujours, très complet.

    Mes deux CR10 tournent comme un charme après 6-8 mois d’utilisation ultra instensive, juste un changement de ventilateur pour diminuer le bruit et quelques pièces de confort, je ne peux que conseiller d’installer octoprint sur un raspberry pour se passer définitivement du port SD.

  2. claes 3 mois Il y a

    Très belle machine
    belle surface d’impression 30/30/40 voire 50/50/50
    ça ouvre des perspectives en matière d impression
    Je suis moi-même à la recherche d’une imprimante filaire grande surface et je crois que je l’aime bien celle-là
    Merci Thomas pour l’unboxing et la vidéo de présentation

    Arnaud (le belge)

  3. Thomas L. 2 mois Il y a

    Bonjour,

    Une imprimante de ce type permet-elle d’imprimer correctement également des petits modèles style figurine warhammer? De ce que je comprend sur le net 0.05 est assez fin, mais en regardant le groot de plus près on commence à voir les strates et il fait quand même 11cm de haut. Ou peut on descendre encore plus bas grâce à la Buse 0.2mm?

  4. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    @Thomas L. Même si l’imprimante est précise, elle est précise pour une technologie FDM. Pour de l’impression en si petit, il faut apsser à une autre technologie, le SLA (à base de résine).
    Il ne fat pas s’arrêter qu’aux chiffres, car une imprimante SLA ou FDM, avec des données identiques de valeurs e couches et précision horizontales ne produiront pas du tout les mêmes résultats.

    Pour de l’imprimante SLA à pas cher, il y a toujours la Wanhao Duplicator 7 (avec ou pas la box de controle) qui est pas trop mal d’après les retours. Je ne l’ai pas testée, je suis sur la Form2 et la Slash+ en ce qui me concerne, qui sont toutefois bien plus cher.

    @Alexandre S. Merci de la confirmation au fils du temps, c’est bon à savoir !

    @claes : oui pour le grand, c’est bien 🙂 Surtout ave une buse de 0.8mm ! 🙂

  5. Thomas L. 2 mois Il y a

    Merci pour les informations ! 🙂

  6. Stephane 2 mois Il y a

    Merci pour cette vidéo et description, je me laisserais bien tenter

  7. OlivierA 2 mois Il y a

    Merci pour le test, une belle présentation.

  8. DANHIER 2 mois Il y a

    Bonjour Thomas,
    je souhaite investir dans une imprimante SLA et j’hésite justement entre la Form 2 et Slash+. De par ton expérience sur ces 2 machines, quel serait ton avis ou recommandations pour orienter mon choix ?
    Merci David

  9. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    @Danhier : c’est encore difficile pour moi de répondre car j’attends une modification pour la Slash+ pour corriger un de ses défauts de jeunesse.
    Je dirais que si tu cherches la qualité d’impression et une imprimante bien finie, la Form2. Si tu cherches la vitesse d’impression, surtout si tu as de nombreux modèles à imprimer en même temps, la Slash. Mais quoi qu’il en soit, pour la Slash, je dirais d’attendre un petit peu que ses défauts de jeunesse se tassent. (cet été tout devrait être reglé).

  10. Frédéric Wauters (Belgique) 2 mois Il y a

    Merci pour cet article et ce test ! Juste une petite correction : la CR-10mini a bien un plateau chauffant. J’en possède une qui peut atteindre les mêmes températures.

    Merci encore !

  11. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    Merci Frédéric, je vais corriger ça. D’après les spécifications, je pensais que ce n’était pas le cas.

  12. SOMB 2 mois Il y a

    Merci Alexandre S.,je suis preneur 🙂Santé!

  13. Fab 2 mois Il y a

    Bonjour Thomas

    J’arrive un peu tard mais bravo pour ce test, et tout ce que tu fais sur ton site, c’est super instructif ! 🙂
    Une petite question avant de me lancer dans l’achat de cette imprimante.
    D’après toi que valent les modèles CCTREE Creality CR-10S, HICTOP CR-10s ou autres que l’on peut trouver sur Amazon comparés aux modèles Creality vendus sur Gearbest ?
    Est ce la même chose ou peut-il y avoir une différence de qualité dans les composants.

  14. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    Hello Fab,
    Si tu parles de ça https://amzn.to/2pAPVND et ça https://amzn.to/2pypMhE c’est exactement la même imprimante. Celle à 519 n’est que quelques euros plus cher que ce qui est sur Gearbest (EUR 488) avec une livraison plus rapide, a priori ça vaut le coup je pense. Pas de frais de douane de toute façon. Note, mes liens dans ce commentaire son affiliés.

  15. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    Correction, la CCTREE, de par la description ressemble plus à une CR-10 qu’à une CR-10S. D’ailleurs, les photos sont de la CR-10. La Hictop en fait semble être une CR-10 qui a été mise à jour en S. La photo du détecteur de filament en impression 3D avec le feeder de la CR-10 me fait un peu tiquer… Bref, peut être un stock de CR-10 reconditionnées en CR-10S. A toi de voir 🙂

  16. Fab 2 mois Il y a

    Bonjour Thomas,

    Merci pour ta réponse, en effet les photos ne sont pas très claires et laissent planer le doute …
    Je vais peut être attendre que Gearbest réapprovisionne ses stocks européens.
    Belle journée à toi et longue vie à Polysculpt ! 😉

  17. Vincent 2 mois Il y a

    Bonjour.
    Il
    Semblerait que la cr-10s ne soit plus commercialisée sur GearBest.
    Pourriez vous confirmer ? SVP
    Merci.

  18. Auteur
    Thomas 2 mois Il y a

    Vincent : oui, il semble que GearBest ait des soucis de stock. On peut la trouver un peu plus cher sur Amazon.fr mais ça arrive plus vite, il n’y a pas de douane…

  19. Fab 2 mois Il y a

    Bonjour à vous

    J’ai finalement pris la Hictop sur Amazon https://amzn.to/2EkYSz4

    Elle est un peu plus chère que sur GearBest mais je l’ai eu en 1 semaine avec le prime.
    Ça semble bien être la CR10S a part les T de renforts qui sont en plastique estampilés Creality et non en métal.
    Pareil pour les parties cylindriques sur les moteurs où viennent se loger les axes Z.
    Sur la 10eme photo de Thomas on voit bien la pièce cylindrique sur le moteur, la mienne se présente comme deux mâchoires cylindrique emboité avec une pièce rouge en plastique entre.
    Elle a bien le détecteur de filament et les deux moteur Z, le contenu de la boite correspond bien à celui de la video, pince coupante, cle USB, filament …

    D’après le site cr10.fr c’est bien la bonne.

    Après c’est ma première imprimante, je découvre, cela dit j’en suis très satisfait.

    J’espère que ça pourra aider 🙂

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Thomas Roussel - 2008 - 2018

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?

En visitant Polysculpt, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les cookies utilisés par Polysculpt sont utilisés uniquement pour faciliter votre navigation ou votre experience utilisateur. Aucun usage commercial ou de suivi n'est effectué.
Si vous ne souhaitez pas utiliser les cookies de Polysculpt, merci de quitter le site, car ceux-ci sont indispensables à la navigation au sein de celui-ci.

Et son administrateur, croyez-le, n'aime les utilisations commerciales des cookies !

Fermer