Sélectionner une page

Test de l'imprimante 3D FDM : Creality CR10-S Pro

Possesseur d'une imprimante 3D CR10-S Pro depuis quelques temps, je voulais la changer pour une imprimante, toute aussi grande, mais plus moderne et surtout, plus compacte, faite d'un seul bloc et sans boîtier de contrôle déporté. J'ai un gros problème de place dans mon bureau et mon ancienne CR10-S me posait problème, bien qu'elle imprimait sans aucun souci.

Dans ce test, je vais vous présenter le nouveau modèle, qui n'est pas si nouveau que cela. J'utilise cette machine depuis maintenant 5 mois et il était temps de vous faire mon retour, qui, comme vous allez le voir, est très positif.

Cet essai n'est aucunement sponsorisé, cette machine a été acheté par mes propres fonds et aucune société ne sponsorise ce texte. Vous avez, comme toujours, mon avis sincère sur cette machine.

Acheter la CR10-S Pro

Vous trouverez la CR10S Pro dans la boutique officielle de Creality sur Amazon.fr, le moyen de l'avoir rapidement et ce depuis la France :

la CR-10S existe aussi en version "Max", avec un volume de 45x45x47cm et BL-Touch :

Le test vidéo

Le nécessaire pour l'imprimante : outils et fichiers 3D

Voici quelques liens pour télécharger des fichiers 3D à imprimer pour apporter quelques améliorations à l'imprimante , mais aussi les outils indispensables à son fonctionnement.

La CR10S Pro, en détails

La CR10S Pro de Creality est une imprimante 3D de type FDM avec un volume de 30x30x40 cm réels. Elle est située dans le haut de gamme des machines "low cost" chinoises, et elle permet d'imprimer autant des pièces mécaniques que des pièces artistiques.

Il est important de garder en tête que ce type de machine est destinée avant tout à l'impression de filaments PLA et PetG et leurs dérivées. Bien qu'il soit possible d'imprimer des matériaux plus techniques, il sera nécessaire de faire de nombreuses modifications, dont l'ajout d'un caisson thermique et l'on sort alors du cadre d'usage classique de l'imprimante.

Voici ses principales caractéristiques :

  • Volume (réel) de 30x30x40 cm.
  • Double moteurs pour l'axe vertical (mais non-synchronisés mécaniquement).
  • Détecteur de fin de filament et reprise en cas de coupure électrique.
  • Ecran tactile couleur.
  • Plateau chauffant 24V.
  • Plateau bien plat (0.2mm de variation sur la surface), métallique avec revêtement micro-granuleux pour faciliter l'adhésion des impressions.
  • Mise à niveau du plateau automatique par capteur (inductif).
  • Moteurs silencieux et précis (mais pas les ventilateurs de l'imprimante !).
  • Buse classique de 0.4mm.
  • Impression de bonne qualité à 50-60mm/s, mais de très bons résultats à 120 mm/s.
  • Tube TPFE de marque Capricorne (c'est bien !).
  • Extrudeur tout métal, avec double entraînement mécanique du filament.
  • Lecteur Micro SD pour les fichiers 3Ds ou alors pilotage par USB.

L'écran tactile est plutôt grand, en couleur et surtout assez réactif. Certes, pas autant qu'un téléphone portable, mais largement utilisable sans s'énerver. Concernant les menus, ils sont plutôt clairs avec toutes les fonctions principales de disponibles. Toutefois, un peu plus d'informations auraient été les bienvenues lors de l'impression, comme par exemple la couche actuelle, ou la valeur en Z.

Le transfert des fichiers 3Ds, au format GCode, se fait par défaut via une carte Micro SD, qui, comme la majorité des imprimantes 3D low-cost, se place à l'envers. Toutefois, la carte MicroSD est de très mauvaise facture et vous grillera sûrement entre les doigts, donc optez pour une carte de meilleure qualité ou une rallonge MicroSD vers carte SD (voir la liste du materiel ci-dessus).

L'extrudeur, tout métal, est vraiment bien conçu, avec un double entraînement du filament très efficace, y compris pour les phases de rétractation, souvent très rapides. Toutefois, si votre filament casse au niveau de l'extrudeur, vous devrez démonter le ressort pour attraper le filament.

Le détecteur de filament, tout métal lui aussi a tendance à "raper" le filament qui provient du porte bobine, situé sur le haut de l'imprimante. Cela implique un effort plus important de l'extrudeur, qui peut toutefois se corriger en rajoutant un système constitué d'une roue qui va amener le filament dans la bonne position (STL disponible plus haut).

La CR10S Pro est équipée d'un tube PTFE de la marque Capricorne, d'une bien meilleure qualité que les tubes teflon classiques. Honnêtement, je n'ai pas encore été confronté à quelconque souci dessus. Ce tube est relié à des connecteurs pneumatiques qui semblent aussi de bonne qualité avec une bague stoppeuse, ce qui est souvent le cas sur des imprimantes qualitatives, pas vraiment sur du low-cost, donc un point positif en plus.

De l'autre côté du tube TPFE Capricorne, on trouve la tête d'impression et l'arrivée de tous les câbles. Je pense qu'il va être nécessaire de trouver une solution pour fixer les câbles d'une façon plus efficace car lors des mouvements latéraux de la tête, il y a une torsion de ces cables, ce qui pourrait générer une sorte de cisaillement de ceux-ci sur le long terme.

Creality a effectué une très bonne amélioration sur la gestion des câbles arrivant sur la partie extrusion/tête : une seule nappe qui arrive de la carte mère, sur une carte dédiée, déportée et située sous le détecteur de fin de filament, sur laquelle sont branchées tous les autres câbles (température, détection de fin de course, ventilateurs, etc).

A gauche de la photo, le capteur de mise à niveau du plateau de type inductif (bleu), qui sera changé plus tard par un capacitif pour plus de fiabilité. Notez, au centre, la protection thermique en silicone installée sur le bloc de chauffe et enfin, le système de refroidissement du filament, que j'ai dû remplacer (et là, un peu décalé car mal emboîté....)

Les câbles qui arrivent sur le plateau chauffant sont bien protégés et ne devraient pas bouger au fil du temps. J'aime aussi les protections de câbles de type "tissus" et non pas en plastique plus ou moins rigide ce qui donne un aspect plus qualitatif.

Le plateau est maintenu par des clips amovibles, remplaçant avantageusement les pinces a papier classiques. J'aime bien ce genre de petites améliorations.

Quelques exemples d'impression

Voici quelques exemples ci-dessous d'impressions de cette CR10-S Pro, que vous pouvez voir dans le test vidéo. La qualité des impressions est vraiment excellente en sortie de carton, avec bien sûr un slicer bien réglé, et avec du filament de bonne qualité (Wanhao Premium Argenté/Silver)

Note : Vous pouvez certains de mes modèles 3D sur mon profile Thingiverse.

Le petit poussin qui est un mélange de belles courbes et de détails moyens est très bien sorti sur l'imprimante. On peut considérer l'impression 3D sans défaut.

Au niveau des surplombs, la gestion de la ventilation est plutôt bonne, bien que toujours perfectible. L'angle du bec est assez important et aucun support n'a été utilisé.

Pour mon modèle de benchmark, "Benchette", tout s'est imprimé impeccablement, avec aucun ghosting, pas de peau de saumon ou de stringing et autres blobs. Impression avec des couches de 0.08mm à 55mm/s.

Les cornes sont une des parties assez critiques, avec beaucoup de surplombs, de détails, mais aussi une distance réduite entre les cornes, très sujette au "stringing", ces petits fils qui peuvent apparaître lors des déplacements de la buse.

Le menton est un endroit délicat avec un très fort surplomb et l'imprimante s'en est bien sortie, sans support.

On peut voir sur l'arrière des cheveux et oreilles que la qualité d'impression est moins bonne, ce qui est logique au vu du nombre de surplombs à affronter et l'imprimante s'en est très bien sortie.

Idem pour les "cornes" du dos qui présentent de grosses difficultés, surtout les pointes, très fines et en surplomb et bien que cela ne soit pas l'impression idéale, l'imprimante a réussi à tout imprimer.

Le petit canard, assez similaire au poussin, donne aussi d'excellents résultats, bien que l'impression ait été avec des couches plus épaisses, de 0.120mm et une vitesse plus importante.

Le bec du canard a besoin de supports pour s'imprimer et ici le strict minimum a été ajouté. Au final, l'imprimante a bien géré le dessous, mieux que je le pensais !

Conclusion

Creality a réussi à reproduire le succès de la CR10-S première du nom, avec une machine bien construite, qualitative et surtout, efficace pour la majorité des usages d'impression 3D que des passionnés puissent avoir. Car bien qu'elle soit étiquetée  "Pro", c'est une machine qui est principalement destinée aux hobbyistes, makers et autres créatifs et non pour un usage professionnel : le format ouvert la limite à un nombre restreint de filaments, PLA et PetG principalement.

Sa construction est globalement sans faille, elle est solide, très bien finie avec des petites améliorations ici et là qui la rende agréable à utiliser au quotidien. La qualité d'impression est au rendez-vous, la plaçant dans le haut du panier et ce sans avoir besoin de lui apporter de nombreuses améliorations comme c'est souvent nécessaire pour les imprimantes 3D chinoises.

Elle n'est toutefois pas exempte de défauts qui bien qu'ils soient mineurs, et pourront être gommés sans trop de difficultés, tant est si bien qu'on soit bidouilleur/euse, avec le remplacement des ventilateurs pour la rendre vraiment silencieuse et éventuellement remplacer la surface du plateau, bien trop adhérente pour les impressions de grande taille.

Bref, c'est presque un sans faute pour cette imprimante que je recommande vivement , que vous soyez débutant ou alors à la recherche d'une machine stable.

Les Plus

  • Marche très bien en sortie de carton, sans modification nécessaire.
  • Grand volume d'impression.
  • Excellente qualité d'impression.
  • Bonne construction, bien finie et stable.
  • Très bon extrudeur.
  • Empreinte au sol réduite.
  • Détection de fin de filament, reprise d'impression, écran tactile...
  • Grosse communauté d'utilisateur.
  • Nombreuses pièces de rechange disponibles.

Les Moins

  • Ventilateurs trop bruyants alors que les moteurs sont silencieux.
  • La surface d'adhésion du plateau adhère trop bien.
  • Le capteur de mise à niveau sensible à la température ambiante.
  • Qui a mit ce lecteur micro-SD à l'envers ??

Commentez !

N'hésitez pas à laisser un commentaire sur l'article ou poser vos questions. Une alternative, bien plus interactive, est de rejoindre le Discord de Polysculpt où plusieurs centaines d'artistes et créatifs sont présent pour échanger avec vous.

1 Commentaire

  1. Antoine B

    Super, j’ai une CR-10S et j’en suis aussi très content.
    et je confirme le problème de la carte SD: il me manquais une partie du fichier !

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *